Thèses en cours

Thèses en cours au Centre en études genre
 

Thèses en cours au Centre en études genre

Amrein Thierry - Emancipation et patriarcat : le cas du parcours Ariana

Sous la direction de Marta Roca Escoda

L'objectif de cette recherche anthropologique de terrain est d'analyser les effets d'un programme de formation conçu pour les femmes des vallées alpines suisses sur la division sexuelle du travail dans la sphère domestique des participantes à cette formation et, plus largement, dans le tissu économique local. Il s'agit d'étudier si les charges physiques et mentales qu'entraînent l'assignation persistante des femmes aux tâches éducatives et ménagères ainsi que les représentations des participantes sur leur rôle dans le cadre familial permettent à ces femmes de bénéficier réellement d'un dispositif dont la finalité est le développement d'un projet professionnel personnel. L'enquête porte également sur la capacité d'une telle formation à s'immiscer dans l'espace domestique pour y modifier les normes et pratiques liées aux rôles et statuts de sexe, le gender regime familial.

TOP ^

Aubry Agnès - Travailler (gratuitement) au sein d’associations caritatives et humanitaires : Penser les usages politiques, associatifs et individuels du travail bénévole dans l’aide à autrui en Suisse romande

Sous la direction de Sébastien Chauvin et d'Olivier Fillieule

Ma thèse s’intéresse au travail du care fourni par des associations caritatives et humanitaires dans un canton de Suisse romande, majoritairement pris en charge par des bénévoles situé.e.s en marge du salariat (essentiellement des hommes migrants, des personnes au bénéfice de l’aide sociale, des retraité.e.s). Il  s’agit alors d’interroger les usages qui sont faits du travail bénévole dans le domaine du care à la fois par l’Etat, les associations étudiées, et les actrices et acteurs qui le fournissent. Je m’attache ainsi à questionner les dispositifs institutionnels qui enserrent cette pratique, la façon dont ces dispositifs se réalisent concrètement au sein des associations étudiées, ainsi que la manière dont les individus se saisissent, donnent sens à et se conçoivent au travers de leur travail bénévole.

Mon objet invite plus largement à penser la répartition du travail entre Etat et associations dans l’administration des populations civiquement et/ou économiquement précaires, de même qu’à interroger des mécanismes contemporains d’invisibilisation du travail en Suisse romande.

TOP ^

Choffat Dietrich - De « couple binational » à « couple suisse ». Analyse des discours d’employé·es cantonaux et de couples binationaux de Suisse romande à propos de la naturalisation facilitée.

Sous la direction de Marta Roca I Escoda et Hélène Martin

En 2014, dans un contexte de débats sur la légitimité de certains mariages, entre personnes suisses et étrangères, le Parlement suisse a accepté la révision totale de la Loi fédérale sur l’acquisition et la perte de la nationalité suisse, devenue alors Loi sur la nationalité. Le Secrétariat d’État aux migrations affirme que l’ancienne loi ne tient pas compte des dernières révisions de la Loi sur les étrangers, à laquelle de nombreuses dispositions sont liées, dont celles relatives à « l’intégration réussie ». Relevons qu’en Suisse, environ 36% des mariages célébrés sont des unions entre suisses et personnes de nationalité étrangère (OFS, 2015). Ce chiffre exprime non seulement l’importance des restrictions d’accès aux autorisations de séjour et à la nationalité suisse (Ossipow & Waldis, 2003 ; Riaño, 2011), mais une aussi une certaine idée du mariage véhiculée par les politiques. D’un point de vue sociologique, et plus précisément d’une approche intersectionnelle des rapports sociaux, les critères d’intégration établis par l’Ordonnance sur la nationalité suisse, relative à la nouvelle Loi sur la nationalité, posent différentes questions. Ils en posent notamment dans le cas de la naturalisation facilitée par la voie du mariage, parce que ces critères d’intégration induisent les candidat·es, ainsi qu’à leur conjoint·e suisse à se calquer à un modèle d’intégration déterminé par une disposition légale. En m’intéressant spécifiquement à la naturalisation facilitée dans les cas des candidat·es de nationalité extra-européenne/AELE engagé·es dans une union matrimoniale binationale, je pars du principe qu’une loi ne prend pas uniquement son sens dans sa formulation formelle mais également dans ses applications concrètes (Lipsky, 1980). Sous cette perspective, je propose d’analyser : 1) la mise en œuvre de la politique de naturalisation par les fonctionnaires de l’État chargé·es de l’appliquer (Secrétariat d’État aux migrations et autorités cantonales romandes) ; 2) les parcours face à la procédure des couples binationaux dont l’un·e des conjoints demande la naturalisation facilitée en Suisse romande. Les politiques de naturalisation révélant ce qui fonde les représentations de l’identité suisse (Centlivres, 1990), je souhaite comprendre les modalités de transformation symboliques et juridiques des « couples binationaux » en des « couples suisses ».

TOP ^

Erismann Annelise - Des étudiants internationaux aux professionnels globaux ? Le genre, la classe et la citoyenneté post-nationale dans des universités globales

Sous la direction de Sébastien Chauvin et Grégoire Mallard (IHEID)

Le genre, la classe et la nationalité s'articulent comme des conditions matérielles et discursives des relations et espaces transnationaux, surtout en ce qui concerne la mobilité internationale à des fins de formation et qualification professionnelle.
Le numéro croissant des étudiants internationaux et l’emergence des universités globales indiquent une nouvelle vague d’internationalisation du système universitaire ainsi que la maintenance du rôle des universités du Nord global dans la coopération au développement des pays du Sud. A travers l'attribution des bourses en faveur des 'cerveaux' économiquement et géographiquement défavorisés du Nord et Sud global, dans quelle mesure doit la formation universitaire des étudiants étrangers être perçue comme une institution de redistribution sociale mondiale ? Ou bien, est-elle plutôt un vecteur du marché de travail global qui s'engage dans le recrutement et qualification des 'hyper'-elites ?

Ma recherche doctorale prend l'exemple de deux universités internationales responsables de la formation spécialisée des étudiants étrangers du Nord et Sud global et situées dans l’espace Schengen pour comprendre l’articulation entre le genre, la classe et la citoyenneté dans ce qui semble d’être une nouvelle forme d'organisation du travail à l'échelle mondiale. A travers une étude des pratiques d'évaluation des compétences et du mérite dans la comparaison des jeunes professionnels du Nord et du Sud global effectuée par le personnel des committees d’admission, du soutien financier et d’orientation professionnelle, j’essaye de investiguer l’existence d’un processus de recrutement international genré. Quelles sont les continuités et ruptures historiques dans le rapport de pouvoir entre Nord et Sud global qui peuvent être reconnues dans l'action de ces appareils administratifs des universités internationales ? Dans un deuxième temps, cette étude s'adressera aussi aux étudiant.e.s et alumni de ces deux écoles afin de comprendre le sens de cette mobilité internationale temporaire pour ces étudiants internationaux. Comment peut-on comprendre leur transition entre une formation à l’étranger et leur (re-)initiation professionnelle dans leur pays d'origine, de residence ou ailleurs ?

TOP ^

Friedli Fiona - L'intérêt de l'enfant dans la justice familiale : sociohistoire du droit de la famille et ethnographie des pratiques judiciaires en Suisse

Sous la direction d'Eléonore Lépinard et Bernard Voutat

Cette thèse s’inscrit dans une perspective de sociologie du droit et s’intéresse aux transformations et aux enjeux contemporains de l’encadrement de la parentalité, en appréhendant le droit dans sa double dimension : d’une part comme révélateur des évolutions qui affectent nos représentations sociales et nos pratiques et, d’autre part, comme ordonnateur du monde social. Partant d’une étude de type sociohistorique qui analyse les principales révisions législatives en matière de droit de la famille depuis la fin des années 1960 en Suisse, cette recherche montre que la régulation judiciaire de l’institution de la famille s’est progressivement structurée autour de la notion « d’intérêt de l’enfant ». Partant de cette analyse, la thèse vise à comprendre comment se façonne la notion « d’intérêt de l’enfant » de l’élaboration des textes de loi à leur application par le personnel de l’institution judiciaire (juges et greffiers). La recherche mobilise ainsi une perspective ethnographique pour analyser empiriquement comment le personnel de l’institution judicaire donne sens à cette notion juridique dans son travail quotidien, qu’il s’agisse de statuer sur une affaire ou d’amener les justiciables à consentir à un accord. Ce faisant, il s’agit de montrer comment ce personnel participe de la (re)définition des contours de l’institution de la famille, des rôles parentaux et des normes sociales qui leur sont sous-jacentes. Le cœur de cette thèse vise à comprendre comment la régulation sociale s’opère au travers des appareils de justice. Etant donné la chaîne d’interdépendance des autorités judiciaires en Suisse, cette recherche met en perspective les pratiques observées au sein des différentes instances compétentes en matière de droit de la famille : une Autorité de protection de l’enfant, un Tribunal de première instance, un Tribunal Cantonal (autorité judiciaire supérieure du canton) et le Tribunal Fédéral (autorité judiciaire suprême). Il s’agit de comprendre en quoi les logiques organisationnelles de l’institution judiciaire structurent et orientent les pratiques de ce personnel amené à « dire le droit ». Enfin, un volet statistique de l’enquête vise à objectiver ces pratiques, à partir de l’analyse d’un échantillon d’affaires judiciaires.

 

TOP ^

Froidevaux Solène - Des corps, des armes, des femmes. Ethnographie du genre dans les pratiques sportives de tir à l'arc et de tir avec armes à feu en Suisse.

Sous la direction d'Eléonore Lépinard

Les pratiques de tir sportif sont conçues encore aujourd’hui comme « un monde d’hommes » en Europe. Il s’agit dans cette thèse d’en comprendre le sens, l’origine et surtout d’en tester la validité à travers une ethnographie des expériences corporelles des tireur.se.s dans un contexte particulier qu’est la Suisse. Ces activités, pratiquées par une majorité d’hommes, semblent investir certaines valeurs du sport moderne et un grand nombre d’études articulant sociologie du sport et sociologie des rapports sociaux ont montré que le sport s’est historiquement et socialement constitué comme « masculin » dans nos sociétés occidentales. D’autres arguments sont mis en avant pour justifier cette conception : un accès facilité aux armes, un lien supposé étroit avec le militaire et une omniprésence de traditions mêlant des valeurs telles que la fraternité et la camaraderie.
A travers des observations et des entretiens, cette thèse s’attache donc à comprendre l’embodiment du genre - et d’autres rapports sociaux - en situation : premièrement dans l’apprentissage des gestes, des postures et des valeurs (l’incorporation), deuxièmement, dans la (re)production voire la transformation de ces rapports sociaux par les pratiquant.e.s (la performance). Troisièmement, une attention particulière est donnée aux émotions et aux sensations permettant d’analyser le rapport des pratiquant.e.s à leur corps, mais également aux autres. Ceci permet alors de saisir les expérience sportives comme des vécus corporels à la fois subjectifs et collectifs, faites à la fois de (dé)plaisir personnel et de moments de sociabilité.

TOP ^

Khonje Eleanor - The Emergence of Neoliberalized Feminism : An Examination of Gender Dynamics, Gender Equality Initiatives and “Business Power“ in Global Governance

PhD Supervisor : Eléonore Lépinard

The deepening of neoliberalism and rapid growth of globalization has seen more private institutions cultivate spaces for themselves through Corporate Social Responsibility (CSR) projects in realms of social change and positive impact that have traditionally been reserved for public agencies. The ever-increasing overlap of private and public has seen public and private actors increasingly engage in shared projects often with shared and coinciding objectives. In the wake of the 2008 financial crisis, stimulated by this growing trend of public-private cooperation, a politico-economic project emerged in response to the failing economy, and as a means of advancing gender equality and unearthing new points of profitability through women for transnational corporations. This project, which has since been coined “Neoliberalized Feminism” by feminist scholars can be interpreted as a form of corporate appropriation, with a neoliberal dimension, of the feminist discourse on gender equality and women’s empowerment, through the instigation of women in the global south as producers and consumers. Under Neoliberalized Feminism, private corporations have reached out to public institutions (and vice versa) through public-private partnerships to establish initiatives for gender equality. These programs promote investment in girls and women as good business because it is asserted that such an investment yields very large economic and social returns. In light of these developments, my dissertation project asks the question: “How are the gender equality programs, initiatives and policies engineered through what feminists have characterized as “Neoliberalized Feminism” empowering, and how are they reshaping the subjectivities of on the ground where the programs are implemented?”

TOP ^

Quéré Lucile - Des spéculums dans la matrice. Pratiquer le self-help féministe en Europe hier et aujourd’hui

Sous la direction d'Eléonore Lépinard

La pratique collective de l’auto-examen gynécologique dans une perspective féministe, symbole du self-help des années 1970, ressurgit aujourd’hui dans divers pays européens. Cette pratique militante qui a pour but la prise de conscience et la réappropriation du corps et des savoirs sur les corps – notamment face au pouvoir médical – était investie d’une forte portée subversive dans les années 1970, et était fortement liée aux luttes pour la liberté de contraception et d’avortement. Il s’agit d'interroger la réémergence de cette pratique depuis le début dans années 2010 en France, en Suisse et en Belgique et la signification sociale qui lui est associée dans un contexte législatif, contestataire et institutionnel différent. L’analyse, articulée aux trajectoires militantes et personnelles des pratiquantes, permettra d’explorer et d’identifier les transformations qu’une partie du mouvement féministe a connues depuis les années 1970.

Thélin Sandra - De la vieillesse précaire à la vieillesse invisible. Ethnographie d’une association caritative dans une ville en Suisse Romande

Sous la direction de Marta Roca Escoda et co-direction d'Annick Anchisi

La pauvreté vécue par les personnes âgées en Suisse reste peu documentée. Pourtant, les inégalités sont multiples, qu’elles soient liées aux catégories d’âge, de classe, de race et de genre. Vieillir sous-tend l’expérience de transformations corporelles multiples. Vivre en-dessous du seuil de pauvreté implique de devoir trouver des moyens pour subvenir aux nécessités vitales : boire, manger, se protéger, se soigner. Le corps est mis à l’épreuve : travailler, mendier, chercher un abri, faire face à diverses atteintes. Cette thèse a pour objectifs d’interroger les effets de la pauvreté sur les corps et la santé des personnes âgées et de questionner les différentes formes de résistance, tactiques ou ruses des un.es et des autres en situation de pauvreté pour échapper aux stigmates qui leur sont assignés.

Pour cela, nous nous intéresserons aux usager.ère.s d’une association caritative qui distribue des repas chauds gratuitement tous les soirs de l’année dans une ville en Suisse romande. Dans ce cas, l’ethnographie est la méthode privilégiée. Le terrain a été négocié sous forme d’engagement bénévole. Dans une perspective itérative, l’analyse croisera des observations participantes et non participantes, la tenue de carnets de bord, des entretiens formels et informels avec des usager.ère.s, des bénévoles et des professionnel.le.s, des documents internes et des photographies. Des entretiens seront également menés avec des responsables de l’action sociale. Ce terrain d’enquête visibilisera la question de la vieillesse pauvre du point de vue microsociale(interactions), méso et macrosocial (institutions, dispositifs et politiques sociales).

TOP ^

Suivez nous:      

Programme doctoral CUSO en Etudes Genre

TOP ^

Partagez: