Automen-hiver 2019

# Téléchargez le programme complet du CTL en format PDF #

CTL_prog_final  (5722 Ko)

La traduction sur les quais

Festival Le Livre sur les quais

Vendredi 6 au dimanche 8 septembre 2019 10h00

Morges

 

Avec Claude Bleton, Zsuzsanna Gahse, Marion Graf, Margot Nguyen Béraud, Isabelle Poulin, Amandine Py et José-Flore Tappy. Et quelques autres

Le Centre de traduction littéraire s’est associé au Collège de traducteurs Looren pour offrir un programme de traduction à l’occasion du Salon d’auteurs et d’autrices morgiens : Le Livre sur les quais. Cette année-là, la traduction de l’espagnol en français était à l’honneur et au centre de plusieurs événements : une table ronde et une joute de traduction, entre autres rendez-vous ludiques, ont donné à entendre et ressentir les finesses et défis que présente la traduction d’œuvres hispanophones. Mais les rencontres sur les quais ont aussi offert l’occasion de découvrir l’Histoire des traductions en langue française, d’entendre Don Quichotte comme jamais et de parler de poésie et traduction, avec trois poètes-traductrices hors paires.

 

Pourquoi veux-tu que ça rime ?

Matinée poétique et plurilingue

Dimanche 29 septembre 2019 11h00

Château de Lavigny

 

Avec: Matthias Göritz et Aurélie Maurin et les participant-es à l'atelier: Frédéric Balmès, Lydia Dimitrow, Pierre Fankhauser, Ruth Karzel, Karin Leuenberger, Liza Linde, Evelyne Noygues, Nicola Pozza, Stefan Wieczorek et Maria Wuchse.  

Traduire un poème, c’est explorer la traduction littéraire par ses parois les plus vertigineuses : comment concilier forme et contenu ? Qu’est-ce qui prime des rimes, de la métrique, des assonances, allitérations, jeux de mots ou autres créations linguistiques ? Pendant trois jours, douze traductrices et traducteurs se sont confrontés à ces questions. Dans une lecture poétique collective, elles et ils ont ainsi fait retentir des poèmes rattachés à diverses traditions poétiques. Le français et l'allemand se sont mélangés aux langues originales des poèmes selectionnés pour l'atelier: hindi, albanais, espagnol, mais aussi hollandais, slovène, italien ou tchèque. Ces lectures spontanées et créatives ont été accompagnées musicalement par Benoît Moreau.

 

Fenêtre ouverte sur la Pologne

Rencontre avec Margot Carlier, passionnée de littérature et culture polonaises!

Jeudi 3 octobre 18h30

Bibliothèque Montriond, Lausanne

 

Spécialiste de littérature polonaise, conseillère littéraire, enseignante, Margot Carlier est également traductrice. Auteure d’une quarantaine de traductions, elle a traduit ces dernières années Tecia Werbowski, Wiesław Myśliwski, Andrzej Stasiuk et Olga Tokarczuk, notamment pour les éditions Noir sur blanc. En octobre, Margot Carlier était en résidence à la Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature et s'est consacrée à une nouvelle traduction de Hanna Krall, dont elle est la voix française. # En collaboration avec le Club de lecture de la bibliothèque de Montriond

 

Cubes du Danube

Lecture bilingue

Lundi 21 octobre 2019 19h00

Le Sycomore, Espace Culturel des Terreaux, Lausanne

 

Avec Zsuzsanna Gahse et Marion Graf 

Les cubes poétiques et danubiens de la poète Zsuzsanna Gahse sont chacun composés de dix strophes de dix dizains. Une métrique d’un nouveau genre qui représente pour la traductrice une contrainte forte. Marion Graf s’y est attelée et a traduit avec brio les vingt-sept cubes au fil du fleuve magistral, sans jamais oublier de recréer la forme et la musique, les images et l’intertextualité dont est tissé chaque poème. Lecture et discussion avec la poète et la traductrice qui se sont exprimées sur cette récente parution, exemplaire de la dimension fraternelle de la traduction dans le long cheminement qu’elle implique avec une œuvre, et son auteure. La rencontre a été animée par Nathalie Garbely. # En collaboration avec l’association TULALU ?!

 

Lecture Canap

... rencontre littéraire sur un canapé lausannois

Dimanche 27 octobre 2019 17h00

Appartement de Sara Skjellaug, Lausanne

 

Avec Françoise Toraille et Gianna Molinari 

Dans un style sobre, à la poésie factuelle qui invite à garder les yeux bien ouverts, Gianna Molinari construit un roman fort qui aborde les questions existentielles et cherche à appréhender l’incompréhensible. La narratrice de ce premier roman (Ici, tout est encore possible, Delcourt 2019) est une jeune femme embauchée comme veilleuse de nuit dans une usine sur le point de fermer. Quand un loup est suspecté de rôder aux alentours, le quotidien prend des allures d’enquête. S’y ajoute le mystère de cet homme tombé du ciel, non loin de là, quelques années auparavant. Lecture bilingue et discussion entre l’auteure et sa traductrice, Françoise Toraille, qui a traduit également Terézia Mora et Melinda Nadj Abonji (entre autres). # En collaboration avec les Lectures Canap

 

Archives de traductrices et traducteurs

Symposium suisse pour traducteurs et traductrices littéraires

Samedi 16 novembre 2019 11h00

Aargauer Literaturhaus, Lenzburg

 

Le 11e symposium pour traductrices et traducteurs littéraires s'est penché sur la question de l’archivage. Quelle importance les archives ont-elles pour les traductrices ? Où et comment sont-elles conservées, transmises, étudiées ? Et quelles possibilités les traducteurs ont-ils de documenter leurs différentes étapes de travail, le mettre en perspective, y réfléchir ? De plus en plus d’archives littéraires accueillent dans leurs fonds des archives de traduction pour les traiter comme celles des écrivains et écrivaines. L’histoire des traductions entre ainsi dans l’histoire littéraire.

L’après-midi, des ateliers en allemand, français et italien ont approfondi le sujet. Il s’agissait ainsi d’aborder d’une part de façon très pratique la question délicate de la conservation des documents de travail à l’heure du tout numérique (comment conserver au mieux ses textes pour qu’ils soient encore lisibles dans 20, 50 ou 200 ans. Que faire des mails et correspondances ?) et, d’autre part, d’explorer les possibilités des traducteurs et traductrices de documenter eux-mêmes leurs travail dans un acte de médiation, par exemple à travers des Journaux de traduction, proposés depuis quelques années par l’ATLF dans sa revue Translittérature, ou, plus récemment, sous forme de blog par le programme TOLEDO: www.toledo-programm.de/arbeitsjournale. Toutes les traductrices et traducteurs étaient cordialement invités à participer à cette journée d’échange et de réflexion, quelle que soit leur combinaison de langues.

 

Tout est toujours beau

Lecture bilingue

Jeudi 21 novembre 2019 19h00

Palais de Rumine, Lausanne

 

Avec Julia Weber et Raphaëlle Lacord

Le premier roman de Julia Weber, Immer ist alles schön (Limmat 2017) nous emmène dans l’intimité d’un couple de frère et sœur, Anaïs et Bruno, qui tentent de protéger leur mère du monde extérieur et de ses propres démons. Le regard enfantin d’Anaïs alterne avec celui de la mère, qui lutte contre sa mélancolie, les hommes, et son amour du vin et de la danse. Les enfants se réfugient dans leur imagination et le monde qui nous est donné à voir est à la fois comique et infiniment triste. Raphaëlle Lacord recrée la langue précise et imagée de Julia Weber dans sa traduction parue cette année sous le titre de Tout est toujours beau (L’Aire). Lecture bilingue et discussion avec l’auteure et la traductrice.

La même rencontre a eu lieu le mercredi 20.11 à 19h à Genève - Bibliothèque de la Cité, place des Trois-Perdrix, # En collaboration avec la Literaturhaus de Zurich, la BCU Lausanne et le soutien de la Fondation Oertli.

 

Übersetzen lernen. Zur Übersetzerausbildung in der Schweiz

Séance d'information

Mardi 26 novembre 2019 18h30

Universitätsbibliothek Basel

 

Mit Irene Weber Henking und Camille Luscher

Übersetzungen sind allgegenwärtig: Ohne sie bliebe uns vieles unverständlich oder gar verschlossen. Im Alltag, im Berufsleben, aber auch in der Literatur sind wir darauf angewiesen. Doch wie lernt man das Übersetzen literarischer Texte? Manchen mag es reichen, sich autodidaktisch die nötige Erfahrung zu erarbeiten. Aber gibt es auch entsprechende Studiengänge an den Hochschulen? Wo und wie kann man in der Schweiz literarische Übersetzung studieren? Wie sieht diese Ausbildung aus und welche Fähigkeiten und Kenntnisse werden vorausgesetzt? Und wie kommt man vom Masterdiplom zum ersten Übersetzungsauftrag? Über diese und andere Fragen unterhalten sich Martin Zingg und Marco Kunz mit Irene Weber Henking und Camille Luscher vom Centre de traduction littéraire der Universität Lausanne.

 

Entre écriture, traduction et autotraduction

Lecture-rencontre

Jeudi 28 novembre 2019 12h30

Anthopole, Université de Lausanne

 

Avec Pierre Lepori

Dans le cadre du cours conjoint Autotraduction/Self-Translation/Selbstübersetzung, nous avons invité Pierre Lepori (*1968 à Lugano), auteur, traducteur, journaliste radio et metteur en scène, à nous parler de son œuvre littéraire située entre l’écriture, la traduction et l’autotraduction. Titulaire d’une licence ès lettres (Université de Sienne) et d’un doctorat en études théâtrales (Université de Berne), Pierre Lepori a publié des essais, de la poésie (Prix Schiller 2004) et quatre romans, en italien et en français, l’auto-traduction étant une pratique constitutive de sa démarche créative ; certains de ses livres sont traduits en allemand et en anglais. Pierre Lepori est lui-même traducteur de théâtre et de poésie et assure des mentorats d’écriture à la Haute École des Arts de Berne (HKB) (www.pierrelepori.com).

Nous avons notamment discuté de la genèse de son roman Effetto notte que Pierre Lepori a d’abord écrit en italien et puis autotraduit en français sous le titre Nuit américaine. La séance était ouverte au public, toutes les personnes intéressées étaient les bienvenues.

 

Son et Texte

Conférence et échanges autour de la traduction et de l'écoute

Mardi 3 décembre 2019 18h00

Grange de Dorigny, Lausanne

 

Avec la participation de Dr. Richard Williams (SOAS, University of London) et des musiciens Baiju Bhatt et Vincent Zanetti

La Section des langues et civilisations d'Asie du Sud et le Centre de traduction littéraire (CTL), avec la collaboration de la Section d'Anglais de l'Université de Lausanne ont eu le plaisir d'organiser une conférence originale qui a réuni un chercheur spécialiste des textes indiens sur la musique et deux musiciens de jazz et de musique du monde. Sous le titre Why listen ? Approaches to sound in pre-modern India, le Dr. Richard Williams (SOAS, Londres) a interrogé le son et les modalités d'écoute dans le contexte littéraire et culturel de l'Inde prémoderne. Dr. Williams a traduit et transmis la connaissance de ces textes, puis a invité les musiciens à une transposition musicale de son propos. MM. Baiju Bhatt et Vincent Zanetti, deux musiciens de la scène lausannoise et internationale, ont interprété les traductions proposées par Dr. Williams selon leurs propres perspectives et vécus musicaux. Cette rencontre était l'occasion unique de faire dialoguer les approches textuelles/littéraires et musicales, de traduire l'histoire des sons et des sens de l'Inde prémoderne dans un langage musical contemporain.

 

Les (re)traductions des Kinder- und Hausmärchen en contexte: paradigmes traductifs et critiques

Journées d'études

Jeudi 5 au vendredi 6 décembre 2019 9h00

Amphipôle, Université de Lausanne

 

Les projets de traduction s’inscrivent toujours dans des paradigmes traductifs et critiques, comme en témoigne la réception des Kinder- und Hausmärchen (1812-1857) en anglais et en français, depuis la très libre traduction-adaptation d’une sélection de contes par Edgar Taylor (aidé de David Jardine) agrémentée d’illustrations du caricaturiste Georges Cruikshank dans German Popular Stories (1823-1826), qui a eu une fortune considérable en Angleterre et en France, jusqu’à la (re)traduction des Contes pour les enfants et la maison par Natacha Rimasson-Fertin publiée dans une édition intégrale critique chez José Corti en 2009 (1172 pages !). Cette journée d’études consacrée aux paradigmes traductifs et critiques, organisée par la section d'anglais en collaboration avec le CTL, nous a donné l'occasion de nous pencher sur cette double articulation comme ‘matrice’ de divers projets éditoriaux dans les aires linguistiques anglophones et francophones. # Org. Cyrille François, Martine Hennard Dutheil de la Rochère & Juliette Loesch

 

Révolution aux confins

Im Gespräch mit Camille Luscher

Jeudi 5 décembre 2019 10h15

Anthropole, Université de Lausanne

 

« Révolution aux confins » (2019, éditions Zoé) - mit ihrer bislang letzten Übersetzung wendet sich Camille Luscher einem der schillerndsten Schweizer Gegenwartsromane zu: Annette Hugs „Wilhelm Tell in Manila“ (2016), der die wahre Geschichte einer philippinischen Übersetzung von Schillers „Tell“ im 19. Jahrhundert erzählt. Als Roman, der selbst um das Problem des literarischen Grenzverkehrs kreist, bietet er der Übersetzerin zwar neue Möglichkeiten (Selbstreflexion), stellt sie aber auch vor besondere Probleme. Am 5. Dezember wird Camille Luscher, Übersetzerin von Arno Camenisch, Eleonore Frey und Max Frisch, in Robert Leuchts Seminar über Schweizer Gegenwartsliteratur erzählen, wie es zu diesem Projekt kam, welche Erfahrungen sie beim Übersetzen von Übersetzungsszenen gemacht hat, und was sie nach « Révolution aux confins » über den Mythos von der Unsichtbarkeit der Übersetzerin denkt. Alle Interessierten sind herzlich eingeladen! Ihre Übersetzungsarbeit hat Camille Luscher in einer Ausgabe der TOLEDO-Arbeitsjournale dokumentiert.

 

Partagez: