Nadia Chabane

| Questions personnelles | Questions professionnelles
 

Professeure ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL
Titulaire de la Chaire d’excellence Hoffmann
Directrice du Centre cantonal de l’autisme

Questions personnelles

Petite, vous vouliez être…?
Vétérinaire. La faute à la série Daktari !

Votre livre de chevet?
En ce moment, Derborence de Ramuz. Sinon, je citerais Huis-clos de Sartre.

Le film qui vous accompagne?
Les Quatre cents coups, de Truffaut.

Un ou une artiste qui vous inspire?
Chopin, pour l’oeuvre. En termes de personnalité, Camille Claudel.

La ville de vos rêves?
Séville : une ville où, à une certaine époque, chrétiens, musulmans et juifs avaient tous appris à vivre ensemble.

Un lieu, un jardin secret où vous aimez vous ressourcer?
Les forêts de Bourgogne, tout près de Vézelay.

La fleur que vous aimez?
La pivoine.

Un animal-totem?
Le tigre.

Quel don souhaiteriez-vous posséder?
La lecture dans les pensées.

Et si vous aviez un superpouvoir?
Le pouvoir de guérison.

Vos héros/héroïnes dans l’Histoire?
Pour les hommes, Martin Luther King. Pour les femmes, Marie Curie.

Et si vous étiez un personnage de fiction?
Peter Pan.

Technophile, technophobe?
Entre les deux.

Vos 3 priorités aujourd’hui?
Réussir à changer les choses en conservant l’équilibre.
Réussir ma vie personnelle.
Continuer à apprendre.

Votre devise?
Regarder devant.

Votre rêve de bonheur?
L’équilibre.

Comment aimeriez-vous mourir?
Dans une maison sicilienne, avec mes proches autour de moi et des éclats de rire d’enfants.

Quelle forme de spiritualité vous inspire?
Une spiritualité bien ancrée dans la terre, dans les mécanismes qui régissent notre monde… Mais je dois dire que je n’ai pas trouvé de choses très portantes jusqu’à aujourd’hui ; c’est encore une interrogation.

TOP ^

Questions professionnelles

Un facteur, une rencontre qui a déterminé votre carrière?
Michel Dugas : un remarquable pédiatre, qui s’est beaucoup consacré à ces enfants qui fonctionnent différemment. Devenu pédopsychiatre, il avait une vision très en avant par rapport à ce qui se passait alors en Europe.

Dans dix ans, vous vous verriez bien...?
Mettre tout en question et partir me ressourcer auprès de gens beaucoup plus jeunes, plus perturbants dans leur vision.

Les 3 missions d’une Faculté de biologie et de médecine?
Former.
Animer la réflexion et la recherche.
Donner les grandes directions aux plus jeunes.

En deux mots, pour vous, le CHUV c’est…?
Un univers que je découvre encore, avec énormément de richesses, de potentiel sur un même lieu. C’est une grande chance, mais aussi un gros navire à piloter.

Entre recherche fondamentale et appliquée, où vous situez-vous?
Par mon cursus, plutôt dans la recherche appliquée. Mais la mise en place de cette recherche appliquée se fait toujours en lien étroit avec le fondamental.

Pour une recherche au service du patient ou plutôt de la connaissance?
Où est la différence ? Cela va forcément ensemble.

Comment définiriez-vous les défis actuels de la formation, de la transmission du savoir?
Il faut un enseignement très ouvert sur le monde, qui permette en même temps le développement d’un esprit critique. Un autre enjeu est l’ouverture de la formation, notamment de haut niveau, aux femmes.

Un outil essentiel pour assurer une relève de qualité?
L’objectivité. Et l’accompagnement. Il y a beaucoup de gens talentueux qui ont besoin, à un moment donné, d’un petit coup de pouce.

Bien communiquer, c’est?
Etre vrai et respectueux ; oser proposer des alternatives à une pensée trop installée.

Dans votre domaine de compétences, un projet qui vous tient particulièrement à cœur?
J’espère avoir la chance de modifier la vie, la trajectoire de développement des enfants que je rencontre ; pour cela, il faut travailler très tôt avec eux, au plus près de leurs besoins.

Par Nicolas Berlie - Communication FBM
10 mars 2016

 

TOP ^

Suivez nous:  

chabane.jpg
© SAM-CHUV

Lire sa biographie

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg