Monika Hegi

| Questions personnelles | Questions professionnelles
 

Professeure ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL
Laboratoire de biologie et génétique des tumeurs cérébrales du CHUV

Questions personnelles

Petite, vous vouliez être…?
Médecin. Puis, au gymnase, je me suis tournée vers les sciences naturelles.

Votre livre de chevet?
The Ballad of the Sad Café, de Carson McCullers.

Le film qui vous accompagne?
Down by Law, de Jim Jarmusch.

Un ou une artiste qui vous inspire?
Jean-Michel Basquiat.

La ville de vos rêves?
Berlin.

Un lieu, un jardin secret où vous aimez vous ressourcer?
La montagne.

La fleur que vous aimez?
Le coquelicot.

Un animal-totem?
La girafe. Ce n’est pas vraiment un «totem», mais c’est un animal – j’ai pu l’observer dans son milieu naturel en Afrique du Sud – que je trouve très élégant.

Quel don souhaiteriez-vous posséder?
J’aimerais faire de la haute montagne, mais pour cela il faudrait que j’arrive à vaincre mon vertige!

Et si vous aviez un superpouvoir?
Faire bouger les choses, malgré les blocages politiques.

Vos héros/héroïnes dans l’Histoire?
Les suffragettes.

Et si vous étiez un personnage de fiction?
Je ne m’identifie pas aux grands héros d’action; je visualise un personnage ordinaire, mais qui fait l’expérience de quelque chose d’extraordinaire.

Technophile, technophobe?
Technophile pour le travail, technophobe pour le reste.

Vos 3 priorités aujourd’hui?
Au niveau professionnel, transmettre le feu de la recherche. Et mener une recherche qui fasse la différence.
Au niveau personnel, soutenir mes fils dans leur entrée dans la vie active.

Votre devise?
Regarder en avant, mettre notre énergie dans ce que l’on peut changer.

Votre rêve de bonheur?
Etre libre. Liberté d’esprit, liberté pour la recherche.

Comment aimeriez-vous mourir?
Vite.

Quelle forme de spiritualité vous inspire?
La Nature.

TOP ^

Questions professionnelles

Un facteur, une rencontre qui a déterminé votre carrière?
La rencontre avec Peter Bruckner lors de mes études à l’EPFZ; il m’a transmis sa passion pour la recherche, pour suivre sa curiosité jusqu’au bout.

Dans dix ans, vous vous verriez bien...?
Probablement à la retraite! Mais je veux rester curieuse, active.

Les 3 missions d’une Faculté de biologie et de médecine?
La relève, notamment soutenir et pousser les carrières féminines.
Favoriser les interactions entre médecine et sciences fondamentales, sur une base d’équité et de respect mutuel.
Donner les moyens et le temps aux étudiants de se familiariser avec la recherche.

En deux mots, pour vous, le CHUV/l’Université c’est…
La recherche.

Entre recherche fondamentale et appliquée, où vous situez-vous?
Je suis entre les deux, en plein milieu.

Pour une recherche au service du patient/de la population ou plutôt de la connaissance?
Je ne crois pas qu’il faille les séparer. Les sciences de base sont importantes, mais il faut in fine les mettre au service des patients.

Comment définiriez-vous les défis actuels de la formation, de la transmission du savoir?
Donner assez de temps pour la recherche, arriver à donner le goût de la recherche aux étudiants.

Un outil essentiel pour assurer une relève de qualité?
L’interaction personnelle. Transmettre les savoirs et les valeurs qui vont avec.

Bien communiquer, c’est ?
Adapter son discours aux publics.

Dans votre domaine de compétences, un projet qui vous tient particulièrement à cœur?
Mener des phases zéro translationnelles en neuro-oncologie au CHUV; on aurait tout pour le faire, mais c’est difficile de convaincre les pharmas. Cela pourrait permettre de développer des traitements prometteurs.

Par Nicolas Berlie - Communication FBM
28 mars 2019

 

TOP ^

Suivez nous:  

hegi.jpg
© Gilles Weber, SAM

Lire sa biographie

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg