Claus Wedekind

| Questions personnelles | Questions professionnelles
 

Professeure ordinaire à la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL
Département d'écologie et évolution de l'UNIL

Questions personnelles

Petit, vous vouliez être…?
Zoologiste! Je devais avoir 6 ou 7 ans quand un zoologiste, qui avait fait du terrain en Afrique, est venu parler à l’école. J’étais fasciné.

Votre livre de chevet?
Die unendliche Geschichte, de Michael Ende, que je lis à mon fils et que j’aime beaucoup moi-même.

Le film qui vous accompagne?
Vol au-dessus d’un nid de coucou, de Milos Forman.

Un ou une artiste qui vous inspire?
Ricky Gervais, un comédien.

La ville de vos rêves?
Toutes les villes peuvent être intéressantes un ou deux jours, mais je préfère la campagne.

Un lieu, un jardin secret où vous aimez vous ressourcer?
J’ai un canoë sur le lac de Morat, j’aime aller sur le lac. Notamment pêcher le silure en soirée.

La fleur que vous aimez?
Les petites fleurs sauvages…

Un animal-totem?
Mes amis diraient un poisson. Peut-être le ténia, sur lequel j’ai travaillé pendant ma thèse? Un animal fascinant en tous cas.

Quel don souhaiteriez-vous posséder?
Une meilleure maîtrise des langues!

Et si vous aviez un superpouvoir?
Voyager dans le temps, dans le futur, mais pas trop loin. A cinquante ans d’ici.

Vos héros/héroïnes dans l’Histoire?
J’en ai beaucoup… ou aucun. Je suis assez sceptique sur cette notion.

Et si vous étiez un personnage de fiction?
Géo Trouvetout.

Technophile, technophobe?
Technophile. Mais tout en restant vigilant.

Vos 3 priorités aujourd’hui?
Famille, santé et travail.

Votre rêve de bonheur?
Ma famille va bien, je suis en bonne santé, mes étudiants sont contents, que demander de plus?

Comment aimeriez-vous mourir?
L’esprit clair.

Quelle forme de spiritualité vous inspire?
Me promener dans la nature, en essayant d’en devenir une petite partie. Et la musique, celles de Beethoven et Tchaïkovski notamment.

TOP ^

Questions professionnelles

Un facteur, une rencontre qui a déterminé votre carrière?
Je pourrais citer plusieurs rencontres déterminantes dans toute ma formation. Mais je pense à Manfred Milinski, devenu directeur de l’Institut Max-Planck, qui a été mon – excellent – superviseur de thèse.

Dans dix ans, vous vous verriez bien...?
J’espère que je serais un enseignant stimulant, et que mes recherches aboutiront.

Les 3 missions d’une Faculté de biologie et de médecine?
Produire une recherche indépendante, de haut de niveau.
Fournir un excellent enseignement.
Encourager les interactions avec le grand public.

En deux mots, pour vous, l’Université c’est…?
Un excellent endroit pour faire de la recherche.

Entre recherche fondamentale et appliquée, où vous situez-vous?
Je suis un fondamentaliste qui veut poser les fondations pour la résolution des problèmes.

Pour une recherche au service du patient/de la population ou plutôt de la connaissance?
Au service de la science. Je suis d’abord guidé par la curiosité.

Comment définiriez-vous les défis actuels de la formation, de la transmission du savoir?
A l’heure où la complexité augmente de façon exponentielle, nous devons être et nous devons former des spécialistes qui conservent une vision d’ensemble.

Un outil essentiel pour assurer une relève de qualité?
Diversifier les modes d’examens, tester aussi les capacités à communiquer, argumenter, débattre.

Bien communiquer, c’est ?
Idéalement face à face. Et en cas de conflit, ne pas réagir immédiatement, à chaud.

Dans votre domaine de compétences, un projet qui vous tient particulièrement à cœur?
Difficile de choisir, car tout est fascinant. Mais en ce moment, nous avons des résultats très excitants avec les chevaux, par exemple, nous sommes capables de manipuler l’environnement social pour affecter les chances des juments de tomber enceintes.

Par Nicolas Berlie - Communication FBM
18 juin 2019

 

TOP ^

Suivez nous:  

wedekind.jpg
© Valeriano Di Domenico

Lire sa biographie

Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg