Plagiat

Plagiat

Le plagiat consiste à insérer, dans un travail académique, des formulations, des phrases, des passages, des images, ou des chapitres entiers, de même que des idées ou analyses repris de travaux d’autres auteurs, en les faisant passer pour siens. Le plagiat est réalisé de la part de l’auteur du travail soit par l’appropriation active desdits textes ou idées d’autrui, soit par l’omission de la référence correcte aux textes ou aux idées d’autrui et à leurs sources.

https://memento.unige.ch/doc/0008/ consulté le 3.6.2013

Dans sa directive 0.3, l’UNIL indique clairement que le plagiat est considéré comme un manquement grave à l’éthique universitaire :

Le plagiat, la fabrication et la falsification des résultats sont unanimement considérés comme des fautes graves, passibles de sanctions de la part de l'UNIL, voire de poursuites pénales. Leur pratique est incompatible avec la Charte qui stipule que l'UNIL «vise à produire et à transmettre des savoirs validés par des mécanismes collectifs de vérification, qui impliquent à la fois honnêteté, indépendance, interdisciplinarité, débat et transparence». Directive de la Direction 0.3 du 23 avril 2007

Le règlement d’études du Baccalauréat ès lettres, auquel renvoie le Règlement d’études des programmes et cursus proposés par l’EFLE, prévoit des sanctions (allant jusqu’à l’exclusion de l’UNIL) dans ses articles 32 et 33, 26 (al.4), 27 (al.5) et 30 (al.5).

Exemple de plagiat dans un travail écrit

Texte original

La construction de l’œuvre
C’est une comédie en trois actes et en prose. Les actes comportent un grand nombre de scènes: 17 dans les deux premiers actes et 13 dans le dernier. Les trois actes sont donc sensiblement équilibrés même si le dénouement est un peu plus serré.
On parle de 88 entrées et sorties des personnages pour cette pièce alors que le nombre de personnages est assez réduit: trois femmes (Araminte, Madame Argante et Marton) et cinq hommes si l’on excepte le garçon et un domestique, rôles qui disparaissent dans la mise en scène de Didier Bezace, au profit d’Arlequin. Ces cinq hommes ne sont autres que Dorante, Dubois, Arlequin, le Comte et Monsieur Remy. Ces entrées et sorties suffisent à rendre compte de la complexité des sentiments qui se jouent et de l’étourdissement dans lequel sont prises Araminte et Marton.

Ce texte est tiré d’un dossier pédagogique portant sur Les Fausses Confidences de Marivaux, proposé par le CDRP de l’Académie de Versailles (accessible sous http://www.mde78.ac-versailles.fr/IMG/pdf/faussesconfidencesbonamlc.pdf)

Extrait d’un travail d’une étudiante

La construction de l’œuvre
C’est une comédie en 3 actes et en prose. Les actes comportent un grand nombre de scènes: 17 dans les deux premiers actes et 13 dans le dernier. Les trois actes sont donc sensiblement équilibrés même si le dénouement est un peu plus serré.
On parle de 88 entrées et sorties des personnages pour cette pièce alors que le nombre de personnages est assez réduit: trois femmes (Araminte, Madame Argante et Marton) et cinq hommes si l’on excepte le garçon et un domestique.

Ici le texte a été recopié à partir du fichier pdf trouvé sur Internet.

Autre extrait du texte original (tiré du même dossier pédagogique)

On notera aussi que Dubois est peu présent sur scène. Il intervient dès la seconde, capitale pour l’exposition, pour exposer le plan et l’enjeu. Il reste une ombre qui passe ensuite et ne réapparaît qu’à la scène 13 pour activer son plan. Une fois que Dorante a bien été établi dans la place, qu’il a tenu tête à Madame Argante, qu’il a convenu à Araminte, qu’il est installé dans ses fonctions, Dubois révèle à Araminte l’amour que Dorante lui porte. La révélation clôt le premier acte et crée une double tension. Jusqu’à la scène 13, seul Dorante souffrait à l’idée d’un échec. À partir de la scène de l’aveu, Araminte sera torturée elle aussi de l’aveu de cet amour et de cet amour lui-même. Dorante est omniprésent; il se contente d’épouser les dires des uns et des autres. Son silence suffit à faire avancer l’intrigue.

Autre extrait du travail d’un étudiant

Dubois est peu présent sur scène. Il intervient dès la seconde pour exposer l’enjeu. Il réapparaît à la scène 13 pour activer son plan. Quand Dorante est bien installé dans ses fonctions, Dubois révèle à Araminte l’amour que Dorante lui porte. On voit une double tension. Jusqu’à la scène 13, seul Dorante souffre à l’idée d’un échec. A partir de la scène de l’aveu, Araminte est torturé aussi de l’aveu de cet amour. Le silence de Dorante avance l’intrigue. On note que Madame Argante est le seul personnage qui crée des obstacles (Les Fausses confidences, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines)

Dans cet extrait, il y a aussi plagiat : l’étudiant se contente de supprimer certains éléments, d’en amener un ou deux en gardant l’élaboration du paragraphe. Le fait que la référence soit mentionnée (de manière imprécise) ne suffit pas pour éviter le plagiat.

 

Partagez: