Enjeux

| Egalité entre femmes et hommes à l'université | Orientation sexuelle et identité de genre | Autres enjeux de l'égalité à l'université
 

L’Université ne tolère aucune forme de discrimination, notamment à raison du sexe, de l’identité de genre ou de l’orientation sexuelle, de l’origine sociale, nationale ou ethnique, de l’âge ou du fait de vivre en situation de handicap.

 

La Direction de l’Université prend des mesures visant à concrétiser dans les faits le principe d’égalité. Pour atteindre ses objectifs, elle s'appuie sur le Bureau de l’égalité et la Commission consultative de l’égalité.

 

Egalité entre femmes et hommes à l'université

À la fin des années 1990, les autorités politiques et universitaires ont commencé à s’inquiéter du faible taux de femmes au sein du corps professoral (7%). Les mesures engagées dès 2000 – sur l’impulsion du Programme fédéral «Egalité des chances» – ont donné des résultats positifs.

Aujourd’hui, les femmes sont largement présentes dans les universités, en particulier au sein du corps estudiantin et du personnel administratif et technique. Mais leur nombre diminue fortement au cours de l’ascension professionnelle, en particulier dans les hiérarchies académiques. Ce constat de ségrégation verticale vaut pour les universités tant suisses qu’européennes et américaines. A l’UNIL, en 2019, les femmes composaient 51.5% des assistant·e·s diplômé·e·s, mais seulement 22.1% des professeur·e·s ordinaires.

À ce phénomène s’ajoute celui de ségrégation horizontale, à savoir l’inégale représentation des hommes et des femmes dans les différentes disciplines. Ainsi, en 2019, on comptait 53.3% de femmes au sein du personnel académique de la Faculté des Lettres (tous degrés hiérarchiques confondus) et seulement 32% en Faculté des HEC.

La progression certaine, mais trop lente des dernières années le montre: il est essentiel de poursuivre les mesures de promotion de l’égalité à l’université.

Orientation sexuelle et identité de genre

Le respect est une valeur fondamentale de notre université. L’UNIL souhaite promouvoir un climat de travail et d’études sain, inclusif et non discriminatoire, permettant à chaque membre de la communauté universitaire de se sentir respecté·e, de s’épanouir et de mobiliser ses compétences pour assurer au mieux la réussite de ses projets d’études, de recherche et/ou professionnels. L’homophobie et la transphobie ne sont pas tolérées.

 

Le Bureau de l'égalité soutient des actions visant à réduire les inégalités, notamment celles liées à l’identité de genre ou à l’orientation affective et sexuelle. Il est à disposition des services, des facultés et des associations de l'UNIL pour accompagner des mesures et des projets cherchant à prévenir les discriminations et à sensibiliser le milieu universitaire à cette question. Il peut en outre offrir son soutien à toute personne qui s’estime victime de discrimination.

Consulter

Autres enjeux de l'égalité à l'université

L’égalité des chances à l'université, ce n’est pas seulement celle entre femmes et hommes, ni celle liée à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre. Les enjeux sont multiples: ils concernent par exemple les situations de handicap, l’origine sociale, nationale, ethnique ou religieuse, ou encore les caractéristiques culturelles.

L’UNIL s’engage à créer une culture de l’ouverture et de l’intégration qui s’appuie sur les différences pour en souligner les avantages, et à permettre à chacun·e de développer pleinement son potentiel et ses compétences. Dans ce sens, elle prend différentes mesures en faveur de la diversité.


Consulter

Lire

Suivez nous:    

Monitoring de l'égalité à l'UNIL 2017

Capture d’écran 2019-03-11 à 11.13.08.png

À écouter

Pourquoi si peu de femmes profs d'université? (Tribu, RTS La 1ère, 16.03.2017)

Partagez: