Recherche

Areas of spezialisation | Domaines de recherche | Projet de recherche FNS : Le droit naturel en Suisse et au-delà, sociabilité, égalité naturelle, inégalités sociales | La justice globale et intergénérationnelle
 

Areas of spezialisation

  • Early modern philosophy (17th-18th century) : natural law, law of nations, human rights, equality, toleration, republicanism, forms of goverment.
  • Contemporary philosophy : global justice, intergenerational justice, just war theory, citizenship, multiculturalism, migration ethics, human rights.

Domaines de recherche

  • Philosophie moderne (17e–18e siècles) : droit naturel, droit des gens, droits de l’homme, égalité, tolérance, républicanisme, formes de gouvernement.
  • Philosophie contemporaine : justice globale, justice intergénérationnelle, théorie de la guerre juste, citoyenneté, multiculturalisme, éthique de la migration, droits humains.

Projet de recherche FNS : Le droit naturel en Suisse et au-delà, sociabilité, égalité naturelle, inégalités sociales

Ce projet est la contribution suisse au réseau de recherche international Natural Law 1625-1850. Ce dernier a pour premier objectif de mieux comprendre le droit naturel moderne en proposant une étude approfondie du droit naturel en tant que discipline d’enseignement. Son second objectif est d’encourager de nouvelles recherches avec une perspective internationale et comparative. Suite à un projet de recherche préliminaire, la directrice du programme a élaboré une base de données à partir des recherches effectuées dans les archives suisses. Cette base réunit une importante série de renseignements sur les institutions, les professeurs et les sources du droit naturel. Une partie considérable de ces sources est liée à ce qu’on appelle l’école romande du droit naturel, fondée par le Huguenot Jean Barbeyrac, professeur de droit naturel à l’Académie de Lausanne entre 1711 et 1718. Ses traductions françaises richement commentées de Pufendorf et de Grotius ont une influence majeure dans l’Europe des Lumières. L’équipe suisse du projet a deux missions complémentaires. La première est d’explorer et de publier les sources suisses sur le droit naturel, principalement mais non exclusivement à Lausanne et à Genève. L’autre mission consiste à étudier les rapports que les Lumières écossaises, françaises et aussi pour une bonne partie italiennes entretiennent avec les thématiques majeures du droit naturel. Ce projet se divise ainsi en trois sous-projets. 

Le premier sous-projet concerne Jean-Jacques Burlamaqui, professeur de droit naturel à l’Académie de Genève. La recherche est ici directement liée à l’exploration des sources suisses sur le droit naturel. En effet, il est nécessaire d’explorer les documents des archives pour mieux connaître les travaux de cette figure majeure de la tradition. Les résultats seront publiés sur le site internet Lumières. Lausanne (http://lumieres.unil.ch). Un des points essentiels de la recherche est de mettre en avant les nombreuses innovations que Burlamaqui introduit dans sa théorie du droit naturel. Il s’agit aussi d’évaluer leur importance dans les contextes suisses et européens afin de proposer une contribution majeure et originale au projet international Natural Law 1625-1850.   

Le deuxième sous-projet a pour principal objectif de découvrir les continuités et les discontinuités dans le développement de thématiques spécifiques à la tradition du droit naturel  en Écosse. Cette dernière est en effet, sur de très nombreux points, en lien direct avec les traductions des œuvres de Pufendorf par Barbeyrac. Les recherches engagées ici portent plus spécifiquement sur les relations sociales au sein du foyer (la relation entre mari et femme, celle entre parent et enfant, ou encore celle entre maître et esclave/serviteur). Le sous-projet étudie comment, dans ce contexte, une figure représentative des Lumières écossaises (John Millar) comprend la tension qui existe entre égalité naturelle et inégalité sociale d’une part et diversité culturelle d’autre part. Des comparaisons avec les traditions françaises et allemandes du droit naturel sont également envisagées.

Le troisième sous-projet a pour objectif d’examiner comment le constitutionnalisme libéral de Benjamin Constant s’insère dans la tradition du droit naturel moderne et en dévie en même temps. Dans ce contexte, il s’agira en particulier d’étudier le commentaire constantien du la Science de la législation de Gaetano Filangieri, une des contributions majeures à la tradition italienne du droit naturel. L’étude du commentaire de Constant dans le contexte de sa philosophie politique permettra de mieux comprendre l’héritage du droit naturel moderne au début du 19e siècle en parallèle avec des études similaires de la continuité du droit naturel en Allemagne.

Les trois sous-projets réunis visent à mettre en évidence l’importance de la tradition du droit naturel moderne, particulièrement en ce qui concerne sa partie suisse, pour la compréhension des concepts majeurs moraux et politiques de l’époque moderne comme contemporaine.

Directrice : Simone Zurbuchen
Collaborateurs : Justine Roulin (doctorante), Amévor Adzado (doctorant)

Anciens collaborateurs : Lisa Broussois (post-doc), Aline Johner (étudiante assistante)

La justice globale et intergénérationnelle

Les théories de la justice globale se concentrent sur des problèmes de justice dépassant la sphère domestique ou nationale. Elles s’intéressent en priorité aux droits humains et à l’extension des principes de justice sociale au-delà des frontières étatiques ou nationales. Les théories de la justice intergénérationnelle cherchent pour leur part à étendre certains principes de justice au-delà du cadre intragénérationnel, en vue de montrer que les membres des générations présentes ont des devoirs de justice vis-à-vis des personnes futures.

Le projet de recherche terminé en 2016 a porté sur la justice globale et intergénérationnelle, plus spécifiquement sur le champ de recherche de la justice climatique. Il s’est focalise sur le changement climatique en vue de montrer les problèmes moraux qu’il soulève et quel type de politique internationale pourrait permettre de réaliser les devoirs de justice climatique revenant aux différents États. Les principaux objectifs du projet étaient d’expliquer en quel sens le changement climatique créé des injustices globales et intergénérationnelles (par exemple en violant des droits humains fondamentaux) et de proposer certaines politiques climatiques permettant d’éliminer ou au moins de réduire ces injustices climatiques (par exemple en améliorant les institutions politiques et économiques existantes comme les marchés du carbone).

Michel Bourban, La justice climatique. Quels devoirs pour quelles politiques ? (Thèse en cotutelle avec l’Université de Sorbonne-Paris IV, soutenue le 10 décembre 2016 à Paris).

Michel Bourban, Simone Zurbuchen, « Justice globale », dans Dictionnaire encyclopédique de l’Etat, éd. par P. Mbongo, F. Hervouët & C. Santulli, Berger-Levrault, 2014, p. 579-583.

Partagez:
Anthropole - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 28 92
Fax +41 21 692 29 35